Les réglages de base de la photo

Vous me demandez souvent avec quoi et comment je réalise mes photos.

Je vous invite à aller lire l’article sur mon matériel photo que j’ai publié dernièrement et je vais essayer d’expliquer de façon simple les bases pour prendre une bonne photo dans cet article.

Avant de commencer je tiens à vous dire que j’ai appris la photographie tout seul en achetant des livres sur la photo (je vous en reparlerais), en regardant des vidéos sur internet, en shootant avec d’autres photographes mais surtout en faisant des tests avec les différents appareils photo que j’ai eu. Encore aujourd’hui je m’amuse régulièrement à tester des manières de shooter que je ne maîtrise pas pour continuer de m’améliorer.

Pour bien commencer il faut savoir ce que veulent dire ces 3 fonctions : ouverture, vitesse d’obturation et ISO.

L’ouverture : 

L’ouverture est la capacité de votre objectif à s’ouvrir ou se fermer pour laisser passer plus ou moins de lumière sur le capteur de votre appareil photo. Lorsque vous choisirait une ouverture à F/1.4 (beaucoup de lumière sur le capteur) vous obtiendrez beaucoup de flou en arrière plan et à l’inverse si vous ouvrez à F/16 vous laisserez moins de lumière entrer sur le capteur et votre image sera plus nette sur tous les plans de l’image. Si vous souhaitez prendre une photo entièrement nette (un paysage par exemple) vous pouvez régler l’ouverture sur F/8 ou plus en fonction de la lumière.

Cette fonction d’ouverture est dépendante de votre objectif uniquement, c’est pourquoi le choix de votre objectif est pratiquement aussi important que le choix de votre boîtier lors d’un achat.

Lors de l’achat d’un appareil photo et notamment lorsque vous prévoyez d’acheter un « pack » comprenant un boitier + objectif, pensez à bien vérifier les capacités de ce dernier avant votre achat pour être sûrs de pouvoir prendre les clichés que vous voudrez.

Sur le paysage ci-dessous j’ai shooté à F/9 pour avoir le plus de netteté à tous les plans de la photo alors que sur le portrait au bord de mer j’ai ouvert à F/1.8 pour avoir du flou en arrière plan, focalisant le regard sur le modèle.

La vitesse d’obturation : 

La vitesse d’obturation est une fonction qui est dépendante de votre boîtier. Il faut l’imaginer comme une boîte avec un miroir  que l’on ouvre pour laisser l’image s’imprimer dessus. Plus l’ouverture et la fermeture est rapide, plus votre photo sera figée et sans mouvement. A l’inverse plus vous laisserez la boîte ouverte longtemps plus vous aurez une image mouvante et potentiellement floue. Si votre sujet bouge avec une ouverture longue alors l’image qui s’imprimera sur le capteur prendra en compte son déplacement et sera floue.

Sur la photo ci-dessous la vitesse d’obturation était très rapide 1/1600 permettant de figer les gouttes d’eau et le mouvement du poisson qui s’échappe.

Sur la photo ci-dessus je voulais voir les roues des voitures en mouvement, j’ai donc réduit la vitesse à 1/125 et j’ai shooté en suivant le mouvement des voitures. C’est pour ça que les voitures sont nettes mais pas les roues et le reste de l’image.

Lorsque je shoote en voyage je fais toujours attention de ne pas passer en dessous des 1/60 car c’est la vitesse de déplacement d’un humain. En gardant cette règle en tête je m’assure d’avoir toujours des passants nets sur mes photos.

Les ISO : 

Les ISO sont la dernière fonction pour régler votre appareil avant de prendre une photo. Il faut imaginer les ISO comme une balance permettant de compenser vos réglages d’obturation et d’ouverture. Ils vont permettre à votre capteur de récupérer de la lumière pour éclaircir votre photo. Attention cependant car cela à un effet sur la photo que vous prendrez : plus les ISO seront hauts plus la qualité de votre photo sera dégradée par « du grain ».

Les ISO correspondent à une plage colorimétrique de votre photo, plus vous shooterez en ISO bas plus vous aurez de détails dans les couleurs sur vos photos et à l’inverse plus vous shooterez avec des ISO hauts moins vous aurez de détails dans les couleurs, ce qui créera du grain sur vos photos.

Sur cette photo on voit très bien le grain des ISO sur cette photo ou le réglage était à ISO5000 pour pouvoir garder une bonne vitesse et avoir les gens nets.

Chaque modèle d’appareil photo gère différemment les ISO, mon Sony A9 par exemple peut monter à 4000 ISO sans que j’ai trop de grain alors qu’un appareil moins professionnel pourrait laisser apparaître du grain des 800/1000 ISO.

Maintenant que vous savez à quoi servent ces 3 éléments vous pourrez ajuster vos réglages en fonction de l’environnement et du sujet que vous choisirez de prendre en photo.

Pour ma part je règle toujours l’ouverture en premier en fonction de ce que je souhaite shooter puis je règle la vitesse d’obturation et les ISO à la fin en essayant de ne jamais dépasser les 1200 ISO (avec mon Sony) pour ne pas avoir trop de grain.

Dans un prochain article je vous parlerais de comment utiliser les différents modes de prises de vues d’un appareil : priorité ouverture, priorité vitesse, mode manuel,…

S’il vous reste des questions sur ce sujet n’hésitez pas à laisser un commentaire ici.

Roadtrip au Québec

Après avoir découvert Montréal et un tout petit peu des Laurentides sous la neige et avec -40 l’hiver dernier nous sommes de retour au Québec avec Margot pour le début de l’automne.
D’après les canadiens c’est la plus belle période de l’année à découvrir avec ses arbres colorés.

Pour ce voyage nous avons été invités par le Club Med qui en dehors des vacances en club propose également des circuits en petits groupes autour du monde. Nous avons choisis avec Margot de suivre l’itinéraire « Est Canadien ».

JOUR 1 :
Nous sommes arrivés par un vol direct Air France à Montréal (7h de vol) et avons pris directement la route pour l’hôtel du Manoir St-Sauveur à environ 1h30 de Montréal dans les Laurentides.
C’est le premier hôtel proposé par le Club Med et nous y trouvons l’univers que nous y attendions : une grande chambre bien décorée, des espaces communs parfaits pour se reposer, faire du sport ou se baigner.

JOUR 2 :
Après une courte mais bonne nuit à cause du décalage horaire nous nous mettons en route pour le Parc National du Mont Tremblant (environ 1h de route) pour la randonné de la Corniche (1h30/45 A/R). En arrivant à l’observatoire du Belvédère nous restons bouche bée devant une telle immensité et après quelques photos nous restons là pendant de longue minutes à contempler le paysage.

Puis direction le Grand Lodge du Mont-Tremblant pour déjeuner et pour un survol de la région en hélicoptère.
Le Grand Lodge loue des chambres au bord d’un lac et propose plein d’activités payantes et gratuites (hélico 65€ // canot et pédalo gratuits,…).

Après une après-midi dans les airs et sur l’eau nous reprenons la route direction le village Windigo à 1h30h du Grand Lodge.
Nous arrivons à la tombée de la nuit et découvrons notre appartement avec vue sur le lac et surtout sur le magnifique couché de soleil depuis notre véranda.
A ce moment-là on s’imagine avec Margot venir passer une semaine ici avec nos amis avec comme programme : canoë, randonnées, barbecues, etc….
JOUR 3 :
Nous prenons la direction du Parc Régional de la Montagne du Diable à environ 10km du village où une guide nous attend pour nous faire découvrir la chute du diable (à 3min de marche du parking), un immense toboggan naturel où les Québécois aiment venir s’amuser l’été.
Nous en profitons pour voir le lac et faire voler le drone avec l’accord de la guide du parc.
Après un pique-nique rapide au centre d’accueil du Parc nous reprenons la route pour la Mauricie à 4h de route.
Sur la route Margot se mets à crier lorsque nous passons devant cette grange remplie de citrouilles, pause photo oblige avec le chien du propriétaire venu nous accueillir.

Nous passons dans des petits villages qui ressemblent comme 2 gouttes d’eau à Smallville et nous continuons d’être émerveillés avec Margot.
Nous arrivons en fin de journée à l’éco-village le Baluchon un immense domaine réparti sur 3 îles en pleine nature qui nous plonge dans un réel décor de film. L’idée d’y passer 2 nuits nous enchante.

JOUR 4 :

En route pour le Parc de la Mauricie à 1h de route du village. Nous nous sommes garés à l’intérieur du parc au point « Shenewegan » d’où nous sommes partis pour une randonnée de 2h à travers les bois, lacs, cascades et rivières. Nous n’avons pas croisé d’ours pendant la balade mais il est possible d’en croiser si vous êtes chanceux.

Après la balade nous avons eu un peu de temps pour avancer dans le parc jusqu’au Lac Boyer pour pique-niquer et reprendre la voiture pour aller à la Pourvoirie du Lac Blanc.

C’est un immense domaine au bord d’un lac qui propose des chalets ou de simples chambres, une plage privée avec des activités liées à la faune et la flore locale.

Nous y avons passé une bonne partie de l’après-midi avec Tony un naturaliste qui travaille ici depuis 15 ans. C’était une personne fascinante qui nous a emmené en Rabaska à la découverte des nids de castors et nous a expliqué comment et pourquoi ils construisaient des barrages. Puis il nous a fait découvrir la cabane à sucre ou il fabrique de façon traditionnelle le sirop d’érable (qui était à tomber par terre) tout en nous racontant comment il avait réussi à apprivoiser des castors pour qu’ils viennent lui chercher à manger dans les mains. Fascinant je vous dis !

Le soir nous mangeons de la truite pêchée sur la propriété au restaurant du domaine avant de rentrer à notre village.

JOUR 5 :

Dernière matinée au Baluchon avant de rejoindre Montréal pour les derniers jours de notre voyage. Nous profitons du SPA pour nous détendre un peu et nous faisons un massage « au fil de l’eau ». La cabine de massage se trouve à l’extérieur sur un ponton qui offre une vue sur une belle cascade qui nous procure un fond sonore plus que relaxant.

Après le massage nous prenons notre petit déjeuner à l’Eco Lodge du domaine avant de reprendre la route.

Après à peine 1h30 de trajet nous arrivons à Montréal pour notre dernière ville de ce roadtrip. On se dit avec Margot que les Montréalais sont vraiment chanceux de vivre aussi proche d’une telle nature !

Nous faisons notre check-in au Saint-Martin hôtel Particulier en plein centre-ville et à deux pas de la rue commerçante « Sainte-Catherine ».

Notre chambre en angle offre une superbe vue sur les grandes avenues de la ville.

Nous avons passé l’après-midi à nous balader dans la rue Sainte-Catherine pour faire un peu de shopping avant de retrouver nos amis Montréalais au restaurant LOV pour diner.

C’est un restaurant végétarien dans lequel on mange très bien et j’ai été conquis par leur burger BBQ avec leur steak à base de fruits de Jacquier. Une très bonne adresse à tester !

JOUR 6 :

Après une bonne nuit de sommeil nous décidons d’aller passer la matinée au SPA Bota Bota. Nous n’avions pas réussi à y aller lors de notre dernier passage à Montréal et nous voulions absolument tester ce SPA sur un vieux bateau dans le port.

Nous avons passé la matinée entre sauna, hamman, jacuzzis et bain froid pour terminer par se reposer dans les grands hublots du bateau.

L’appétit ouvert nous allons manger chez Mandy’s sur la rue Crescent (il y en a plusieurs en ville). C’est un bar à salade (de tailles très généreuses) ou l’on se régale avec les produits frais proposés. Ma salade était tellement bonne que j’étais déçu de ne pas l’avoir fini !

C’est ici la fin de notre séjour avec le Circuit Club Med. Je remercie le Club Med qui m’a fait découvrir cette offre que je ne connaissais pas du tout et que je trouve géniale. C’est un super mix entre roadtrip et voyage organisé très agréable à suivre avec des logements qui étaient tous plus beaux les uns que les autres.

Merci beaucoup à Quebec Original et aux offices du tourisme locaux pour leur gentillesse et leur accueil.

Pour en savoir plus sur les circuits proposés par le Club Med c’est par ICI.

Avec Margot nous avons réalisé une partie seulement du Circuit Est Canadien (à partir de 3790€/personne) qui vous emmènera jusqu’à Tadoussac au nord pour admirer les baleines !

Si vous souhaitez plus de renseignements sur les régions que nous avons visités je vous invite à jeter un coup d’œil sur les offices du tourisme des Laurentides, de la Mauricie et de Montréal.

Comment j’ai commencé mon blog

On me demande souvent comment j’ai commencé mon blog et pourquoi ce nom et je me rends compte que je n’ai jamais pris le temps de vraiment l’expliquer ici.

J’ai créé Le petit Français en 2010 lorsque mon professeur de communication digitale en 3ème année a conseillé à toute notre classe de se créer un blog pour parler de ce qui nous passionnait. Je me rappelle d’ailleurs comme si c’était hier de sa phrase exacte : -« Créez-vous un blog et parlez de ce qui vous passionne, on ne sait jamais, un jour ça pourrait vous servir dans la vie », ce professeur s’appelait Tony Chapelle et avec cette phrase il a carrément changé ma vie.

En rentrant chez moi le soir je créais mon blog sur blogspot et à cette époque je passais beaucoup de temps sur les sites de photographie et d’inspiration (c’était avant Pinterest) alors je décidais de partager les photos qui m’inspiraient le plus sur mon site. C’est comme ça que j’ai commencé à blogger. Je ne me mettais pas en avant sur mon site, je partageais juste les photos en citant leurs auteurs et cela fonctionnait très bien. Pour revoir ce que je postais c’est par ICI

J’ai choisi de m’appeler « Le petit Français » pour une raison assez simple. A l’époque tout le monde donnait un nom anglais à son blog/site et je ne voulais pas utiliser un anglicisme alors j’ai gardé le mot « Français » et comme tous mes potes du lycée et des premières années d’école de commerce m’appelaient « mon petit » le nom m’est venu d’un coup : Le petit Français

Pendant 2 ans j’alimentais quotidiennement mon blog avec toutes ces photos trouvées sur la toile et puis j’ai peu à peu arrêté lorsque j’ai terminé mes études et que j’ai commencé à travailler en agence de publicité. Durant 2 ans je me suis concentré sur mon travail au Social Media chez Rosapark et puis un jour j’ai eu un déclic, j’avais besoin d’avoir un « à côté » du travail, un endroit où je pourrais parler d’autre chose, m’évader. Alors j’ai décidé de me remettre à écrire sur mon blog mais cette fois en me mettant en avant et avec mes propres photos.

Lorsque j’ai recommencé à écrire ça n’a pas été facile car c’était la première fois que je me mettais en avant sur des photos et je subissais des moqueries de la part de mes potes et de mes collègues. C’était toujours bienveillant et j’ai toujours accepté la moquerie car je trouve que ça montre bien que l’on se démarque des autres (et je suis toujours le premier à en rire).

Je me souviens notamment de ce Tumblr que les créatifs de l’agence avaient fait en me détourant et en m’inscrustant sur des affiches de films. Ils avaient tous passé une après-midi entière à faire ces montages qui me font toujours autant rire !

Et puis les mois passants j’ai commencé à travailler avec des marques qui me repéraient via mes articles ou sur Instagram.

Pendant environ 3 ans j’ai cumulé mon travail en agence et ma passion pour le blogging. En plus de mes connaissances en Social Media le blog ma aussi permis de décrocher le poste que j’ai occupé pendant 3 ans chez Marcel. Jusqu’au jour où j’ai dû faire un choix entre mon parcours professionnel en agence et mon parcours professionnel en tant que blogueur.

J’étais arrivé à un point ou mon blog me prenait trop de temps pour continuer à évoluer professionnellement en agence et ou mon travail en agence me prenait trop de temps pour continuer à évoluer avec le blog. Pendant quelques mois j’ai pesé le pour et le contre de chaque pour finalement me lancer et poser ma démission en agence pour pouvoir continuer mon aventure avec le blog, pouvoir continuer à faire ce que j’aime le plus : découvrir le monde, découvrir de nouvelles choses et prendre des photos.

Cela fait un an et demi que je vis de mon blog et je n’ai jamais été aussi épanouie. J’espère que cette aventure avec vous continuera longtemps. Je me dis toujours qu’il y a 9 ans si Mr Chapelle m’avait dit qu’un jour je vivrais de mon blog je lui aurais sûrement ri au nez.

Tony, je ne te remercierais jamais assez pour ce conseil qui a littéralement changé et orienté ma vie.

Roadtrip en chine – Yunnan partie 2

Rendez-vous sur la première partie de mon article sur le Yunnan pour suivre tout le roadtrip en Chine proposé par l’agence Asian Roads.

JIANSHUI : 

Nous arrivons en début d’après-midi à Jianshui, ville sous-estimée par les touristes qui viennent dans la région et pourtant immanquable !

Aussitôt arrivé au magnifique hôtel Xiu Ju Xian Ting qui propose des chambres dans une maison typique chinoise, nous partons déjeuner en centre ville (environ 10min à pieds) chez Lin An. Pour manger on achète des tickets à l’entrée du restaurant en fonction de ce que l’on veut et on va retirer notre plat directement à la cuisine. J’ai mangé un plat de pâtes froides qui m’a surpris au début mais qui était très bon ! On en a eu pour 1€ le plat.

Nous avons passé l’après-midi à nous balader à pieds dans les rues de la ville et nous avons visité le temple de Confucius (le second plus grand de Chine), les jardins de la famille Zhu et la porte Choayang datant de 1389.

En fin de journée on s’est arrêtés au Xi Men twelve flavours workshop, un restaurant sur lequel nous sommes tombés par hasard pour boire un verre. Nous y avons emmené toute la team pour y manger et nous avons encore découvert plein plats avec les menu à partager que le restaurant proposait. Comptez environ 4€/personne pour le repas.

Le lendemain matin avant de repartir de Jianshui ou je serai bien resté un peu plus nous avons fait un stop dans le quartier du Tofu et au puit Xi Men da Ban Jing dont l’eau sert à fabriquer le tofu pour la ville. Dans ce quartier vous verrez les fabriques de Tofu à chaque coin de rue, c’est impressionnant à voir.

Nous avons pris la route pour le village de Tuanshan à 20min de route de Jianshui. Le village est resté très authentique, on s’est baladés pendant plus de 2h dedans en découvrant les habitations et les temples. Nous avons croisé très peu de touristes dans le village ce qui ne nous donnait pas envie de le quitter. L’entrée coûte 4€/personne et aide les habitants du village à le préserver.

DALI – XIZHOU : 

Après une journée de route pour Kunming et 2h15 de train nous arrivons dans la ville de Dali ou nous avons rejoint le village de Xizhou pour 2 jours. Nous séjournons au Linden Center, un hôtel dans une vieille maison traditionnelle. L’hôtel est tenu par Brian, un américain qui vit en Chine depuis 1984 et qui travaille avec le gouvernement pour insuffler la préservation des lieux et de la culture chinoise. L’homme est vraiment marquant.

Nous nous sommes baladés dans Xizhou pour découvrir un atelier de broderie à la main sur fil de soie, plein de petits magasins et nous avons goûté au Baba, la galette locale vendue sur la place centrale du village qui est un régal !

Nous avons passé l’après-midi en vélo à nous balader au bord du lac proche de la ville et en fin de journée nous avons bu un verre au second hôtel (l’autre Linden Centre du village) que tient Brian et qui donne sur les champs et la montagne. Nous avons assisté à un coucher de soleil magnifique.

Le soir nous avons mangé dans l’un des restaurants de la place centrale et comme notre guide n’était pas avec nous à ce moment là quelques membres du groupe sont allés en cuisine pour montrer ce que nous voulions manger aux cuisiniers. C’est toujours un moment drôle à vivre !

Pour notre second jour nous sommes allés dans la ville beaucoup plus touristique de Dali. Nous nous sommes baladés dans le vieux Dali (qui n’a vraiment de vieux que le nom) mais qui est très mignon dès que l’on sort des grandes rues.

Le midi nous avons mangé au Yiran Tang, un buffet à volonté végétarien à seulement 0,60€/personne à deux pas du Temple Wumiao. On s’est régalés. En vous baladant dans Dali je vous conseille de passer par l’église catholique conçues par les Chinois pour un prêtre Européen en 1927. Puis nous sommes allés visiter le Temple de 3 pagodes, le plus gros monument de la ville. Le lieu est immense et se fait soit à pieds (pour les sportifs) ou bien en bus. L’entrée est à 9€/personne et le bus coûte 4€/personne.

Pour notre dernier soir à Xizhou nous avons réserver un plat local qui s’appelle « les nouilles qui traversent le pont » à l’hôtel. Il s’agit d’une fondue chinoise avec des accompagnements à préparer soi-même. On s’est régalés ! 8,5€/personne.

LES GORGES DU SAUT DU TIGRE : 

Nous quittons le village pour une journée de randonnée dans les Gorges du Saut du Tigre. Après plusieurs heures de route nous nous acquittons de 5€/personne pour entrer dans le parc et nous déjeunons à la Tea Horse Guesthouse (auberge et restaurant au départ de la randonnée). Il y a plusieurs chemins de randonnées plus ou moins long à faire et nous partons pour une randonnée d’environ 2h30 jusqu’au « halfway », refuge de mi-chemin comme son nom l’indique. La balade était très belle et facile et il est possible de continuer bien plus loin pour les plus aventuriers. En s’arrêtant au Halfway nous avons gouté au thé au beurre de Yak, qui ressemble fortement à une soupe au champignons !

Le soir nous arrivons à Shangri-La pour 3 nuits et 2 jours.

SHANGRI-LA : 

Nous logeons au boutique hôtel Arro Khampa dans le vieux Shangri-La et nous dinons à 3min à pieds au huksum Kitchen. Nous commandons tous un hotpot/BBQ à partager et on se régale avec la viande Yak et la bière locale « Shangri La » !

La ville s’appelait Zhongdian jusqu’en 2001 lorsque l’état Chinois a choisi de la renommer Shangri-La d’après le roman « Lost Horizon » de James Hilton ou il présente Shangri-La comme une ville magique dans la région tibétaine de la Chine. La ville se situe à 3200m d’altitude et toute la vieille ville ressemble à un village de montagne tout en bois. En 2014 la vieille ville a été ravagée par un incendie donc tout est neuf (même s’ils ont gardé l’architecture typique), elle est très belle mais j’ai trouvé qu’on n’y trouvait que les mêmes boutiques de souvenirs à tous les coins de rues. Dommage.

Pour notre premier jour à Shangri-La nous allons visiter le monastère Tibétain Songzanlin (15€/personne). C’est le plus grand village monastique de la région ou plus de 600 moines vivent. Je vous conseille de passer par le lac pour admirer les reflets dans l’eau du Temple et pour vous mettre en jambe avant d’affronter les 200 marches pour monter au sommet du village (Avec l’altitude vous comprendrez). Les photos sont interdites à l’intérieur des Temples mais j’ai trouvé ça bien car on prends plus le temps d’admirer le travail incroyable de peinture sur chaque mur.

Retour dans le vieux pour déjeuner au Kailash restaurant & Bar ou nous nous sommes régalés avec de la viande de Yak à nouveau (c’est la spécialité de la région) et surtout avec les momos, des raviolis avec une boulette de viande de Yak à l’intérieur que vous devez absolument goûter !

Après le déjeuner nous sommes allés voir le Lac de Napa mais nous n’en avons pas vu une grande partie à cause des crues qui ont coupé la route autour du lac. On s’est tout de même baladés au bord de l’eau au milieu des yaks, cochons et chevaux en liberté.

Le soir nous dinons au Flying Tiger, un restaurant tenu par deux Français qui propose un burger de Yak qui est assez connu en ville. Bien sûr je n’ai pas pu résister et je me suis régalé !

Après une bonne nuit de repos nous sommes montés à pieds au Temple de 100 poulets (Bai ji Si Temple) sur une colline qui donne une vue sur toute la ville. la balade est facile et vaut le coup pour admirer la ville d’en haut. Puis nous sommes allés au marché de Shangri-La qui se tient sous une grande halle. On y retrouve tout ce que vous connaissez déjà, mais une allée m’a particulièrement marquée : celle des stands de viande de Yak. J’ai vu des bouchers en train de cuir des têtes de yak au lance-flammes, les seaux d’entrailles posés au sol. Une vision assez sanglante que nous n’avons pas l’habitude de voir en Europe. Il faut avoir le coeur bien accroché pour passer dans cette petite allée. Le marché étant sous une halle, la lumière était parfaite pour réaliser quelques portraits de commerçants qui portaient des costumes traditionnels.

Nous déjeunons au Three Brothers dans la vieille ville ou nous reprenons des momos et ou l’on a tellement bien mangé que nous y sommes retournés le soir.

Dans l’après-midi et après 2j passés à 3200m d’altitude nous décidons avec quelques personnes du groupe de prendre le téléphérique pour monter les 4500m d’altitude de la montagne Shika (25€/personne). La montée dure environ 40min et la vue une fois au sommet est à couper le souffle. Une fois en haut vous pouvez vous balader sur le chemin en bois déjà tracé. Je n’ai pas beaucoup ressenti l’effet de l’altitude car il y a peu de marches à gravir une fois au sommet.

En rentrant je suis allé voir le plus grand moulin à prières de Chine qui se trouvait à 5min à pieds de l’hôtel. Il faut être un minimum de 8/9 personnes pour réussir à le faire tourner. (accès gratuit)

Je ne sais toujours pas trop quoi penser de Shangri-La à l’heure ou j’écris ces lignes car même si j’ai adoré l’architecture de la ville, j’ai ressenti que quelque chose n’était pas aussi authentique qu’il n’y paraissait.

LIJIANG : 

Nous sommes restés bloqués toute la matinée à Shangri-La à cause des crues et avons pu partir direction Lijiang après le déjeuner pour environ 3h de route. En arrivant en ville nous nous sommes directement arrêtés au parc de l’étant du Dragon Noir (Entrée 10€/personne), connu pour son pont offrant une vue sur la montagne enneigée du Dragon de Jade. Nous sommes arrivés en fin de journée donc nous avons pu voir le coucher du soleil sur le lac, c’était magnifique.

Une fois la nuit tombée nous avons rejoins notre hôtel Arro Khampa (un autre hotel du même groupe) à moins de 10km de Lijiang. Toute la déco de la cour intérieur est magnifique avec son bassin.

Le lendemain nous nous sommes baladés dans la vieille ville de Lijiang qui est classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco. Toute l’architecture est superbe mais une fois de plus ce sont les mêmes boutiques de souvenirs pour touristes qui s’enchainent les unes après les autres. Nous avons donc décidés de prendre un peu de hauteur pour sortir du coin le plus touristique et nous sommes tombés sur un petit hôtel/bar avec une terrasse offrant une vue imprenable sur la ville : Yuegulou Bar

Sur les conseils de certains membres du groupe nous sommes ensuite allé voir le Mufu Palace toujours dans la vieille ville puis nous avons voulu sortir du coin vraiment touristique pour voir la partie moderne de la ville. Nous avons fait les boutiques avec Margot et on s’est bien marrés à trouver des boutiques de contrefaçons ou l’on pouvait acheter des Newban Run, du SUPERME, et autres marques aux noms improbables.

Notre dernier soir en Chine arrive et nous mangeons une dernière fois à l’hôtel en nous rappelant les 15j fous que nous venons de vivre tous ensemble. Nous reprenons 2 avions le lendemain pour nous rendre de Chengdu à Pékin, puis faire Pékin-Paris en vol direct.

Margot qui n’avait jusqu’à présent visiter que Shangai m’avait parlé de Chinois impolis, rudes et pas toujours bien élevés mais j’ai été surpris par leur gentillesse, leurs sourires et leur accueil. Il m’est impossible de comparer puisque je n’ai jamais fait Shangai mais j’ai été conquis par cette région du Yunnan et par ces gens.

Je remercie l’agence Asian Roads qui nous a proposé ce voyage, à Antoine notre accompagnateur qui parlait Chinois pour son aide si précieuse pour parler avec les locaux et pour commander au restaurant ! Le programme que nous avons fait était varié entre nature et ville, les hôtels ont toujours été parfaits et nous avons pu modifier certaines activités sans soucis au cours du séjour.

Le circuit que nous avons fait commence à 1300€ avec un chauffeur accompagnateur (ce qui vous aidera beaucoup pour vous faire comprendre des locaux) et 2300€ avec un guide (Pour 13 jours / vols non-inclus). Le circuit n’est pas fermé et l’agence réalise aussi des voyages sur mesure aussi bien dans cette région du Yunnan que dans toute l’Asie. Je vous invite à aller jeter un coup d’oeil sur leur site pour voir toutes les destinations qu’ils proposent.

Sélection de Noël

A l’approche de Noël on se demande toujours quel cadeau offrir à son copain, son père, son frère, etc…

Je vous ai préparé un article sélection de Noël pour lui.

La beauté :

Cette sélection est faite avec les produits que j’utilise régulièrement à l’année.

1 > Le parfum Ombre Leather de Tom ford : 109€

C’est mon gros coup de coeur parfum de cette année puisque c’est l’un des seuls qui a réussi à remplacer celui que je porte depuis 15 ans.

2 > La trousse voyage de chez Aesop : 65€

Le pack de voyage Aesop est vraiment parfait lorsque l’on part en weekend puisque tous les produits passent en bagage cabine.

3 > Le parfum L’immensité de Louis Vuitton : 210€

Autre coup de coeur parfum de cette année que j’ai découvert par hasard par une vendeuse en boutique qui me l’a fait sentir.

4 > Coffret soins Clinique (nettoyant visage / hydratant SPF20 / exfoliant visage / Gel de rasage / trousse) : 73€

5 > Coffret parfum BOSS Botled (parfum + gel douche) : 44,25€ vs 59€

Les montres à moins de 300€ :

La sélection de montres est basée sur des modèles que j’ai dans ma collection et dont je suis très content et de marque que j’aime et qui sont surtout de qualité.

1 > Montre Jacques Lemans avec phase de lune à mouvement quartz : 249€

2 > Montre Seiko Présage automatique : 293,94€ vs 489€

3 > Montre Zeppelin à quartz : 299€

4 > Montre Casio vintage à quartz : 85€ 

5 > Montre Nixon à quartz : 99€

6 > Montre LIP à quartz : 129,35€ vs 199€

7 > Montre Junkers à quartz : 169,15€ vs 199€

8 > Montre Junkers à quartz cockpit : 179€

9 > Montre William L. 1985 à quartz : 189€

10 > Seiko mouvement automatique : 199€

La high-tech / électro-ménager :

1 > Nintendo Switch : 335€

La compagne parfaite pour occuper vos déplacements (oui c’est comme ça que je m’occupe dans le train ou l’avion).

2 > Appareil photo Sony A6000 (boitier nu) : 414€

3 > Console Playstation Sony : 99€

De quoi retomber en enfance avec cette réédition de la Playstation de notre jeunesse.

4 > Défroisseur Philips : 82,44€

Je vous en ai parlé cette année et je continue de m’en servir régulièrement pour repasser mes tshirts et chemises.

5 > Enceinte Bluetooth Harman Kardon : 179€

Cette enceinte et parfaite pour le transport et surtout elle délivre un son parfait pour les soirées improvisées.

6 > Casque Bluetooth Sony : 350€ vs 380€

Comme pour la Switch c’est l’autre accessoire qui m’accompagne dans tous mes déplacements. Une fois sur les oreilles on n’entend plus cet enfant qui passe le voyage à crier dans le wagon.

Les vêtements :

Saison de Noël oblige, je me penche surtout sur une sélection de pulls, chemises et manteaux.

1 >Pull Oliver Octobre Editions : 125€

Je suis un gros fan de ce pull épais qui porte bien chaud. J’ai le modèle écru depuis l’année dernière et je le porte tout le temps : ici ou ici

2 > Chemise H&M : 29,99€

Idem pour cette chemise que je porte régulièrement depuis que je suis tombé dessus en septembre : ici ou ici

3 > Veste en velours côtelé H&M : 59,99€

4 > Blouson aviateur Zara : 89,95€

Je cherchais un blouson aviateur depuis 2 ans et je suis tombé sur celui-ci qui est parfaitement taillé. Retrouvez le porté ici ou ici

5 >  Pull Jacquard Massimo Dutti : 99,95€

6 > Boots Mango : 129,99€

7 > Pull col rond Made In France Lacoste : 180€

8 > Teddy en draps de laine Sandro : 445€

Je sais je suis un fou des vestes et manteaux et j’ai craqué sur cette pièce de la dernière collection de chez Sandro. Retrouvez le porté ici

L’alcool :

1 > Un abonnement Petit Ballon : à partir de 19,90€/mois

Je vous ai parlé de Petit Ballon il y a quelques mois sur le blog (ici) et je trouve que c’est une super idée cadeau pour la fin d’année. C’est un abonnement à une box de vin qui vous permet de recevoir chaque mois une sélection de bouteilles du monde entier avec un guide pour les déguster au bon moment et avec les bons accompagnements.

2 > Kit de brassage de bière Nature & découverte : 59,95€

Le cadeau parfait pour beaucoup d’entre-nous comme nous rêvons tous un peu de fabriquer notre propre bière un jour ! Je l’ai essayé avec mes potes il y a peu donc je ne peux pas vous dire si la bière est bonne (car elle repose encore) mais on s’est bien amusés à la préparer.

3 > Bouteille de Nikka : 39,95€

Je suis un fan de whisky Japonais et offrir une bonne bouteille d’alcool reste un classique indémodable. S’il ne connait pas encore le whisky Japonais c’est la bonne occasion.