Notre collection de parfum YMF x LPF

Il y a quelques mois on a eu l’idée un peu folle avec Margot de créer un parfum qui pourrait se porter en couple et on en a parlé à la marque Adopt’ avec qui Margot avait déjà créé une collection en fin d’année dernière.

La marque a tout de suite adoré l’idée et nous avons créé 2 parfums : un pour lui et un pour elle qu’il est possible de mixer pour donner une troisième odeur qui fonctionnerait.

Comme le Japon est notre pays de cœur nous avons décidés de les appeler Minami et Shinjuku, nos 2 quartiers favoris de Tokyo et nous avons tourné et shooté toute notre campagne lors de notre dernier voyage dans la région de Setouchi avec Lydie.

Je vous laisse regarder la vidéo avec la présentation complète de notre collection !

Les parfums sont disponibles dès maintenant sur le site internet de Adopt’ et sera disponible dans les 200 magasins de la marque à partir de samedi !

Parfum Shinjuku pour lui 30ML : 8,95€

Parfum Shinjuku pour lui 100ML : 17,95€

Parfum Minami pour elle 30ML : 8,95€

Parfum Minami pour elle 100ML : 17,95€

Pack Lui + elle 30ML : 14,95€

Pack Lui + elle 100ML : 29,95€

5 séries à voir sur Netflix – épisode 2

Cet été j’avais rédigé un article sur les 5 séries que je conseillais de voir sur Netflix (à revoir ici) et comme le site n’arrête pas de proposer de nouvelles choses je me suis dit qu’un épisode 2 de cet article ne serait pas une mauvaise idée

1 / Formula 1 – Pilote de leur destin : 

Vous aviez pu le voir dans le premier article mais je suis un vrai fan des reportages en immersion alors quand c’est la Formule 1 le sujet je ne me pose même pas la question.

Une équipe de Netflix a suivi de l’intérieur la saison 2018 de Formule 1, ne s’intéressant pas uniquement aux courses mais aussi à tout ce qu’il se passe au dehors. Des doutes et craintes des pilotes, des évènements majeurs sur et en dehors de la piste aux dessous de comment faire pour devenir l’un des 20 privilégiés à avoir un siège dans la catégorie reine. On comprend mieux les dessous d’un univers qui est bien plus complexe qu’il n’y parait.

1 saison de 10 épisodes / 30-40min par épisode

2 / Losers : 

Elle est encore sur ma « watch list » mais rien que le pitch me semble génial. Cette série s’intéresse à comment des gens qui ont connu l’échec s’en sont servis pour triompher par la suite. Ayant connu la défaite avec l’escrime et étant plutôt mauvais perdant je dois l’admettre je pense que cette série va beaucoup me plaire !

1 saison de 8 épisodes / 20-30min par épisode

3 / Making a Murderer : 

Vous avez sûrement déjà entendu parler de cette série mais je l’ai trouvé fascinante. Elle raconte l’histoire vraie d’un homme qui a passé 20 ans en prison pour un crime qu’il n’a pas commis, qui est libéré, puis qui est à nouveau accusé d’un crime dont nous ne savons pas s’il en est l’auteur. Le documentaire mêle images d’archives et interview jusqu’à aujourd’hui de toutes les personnes ayant pris part aux enquêtes. Ce qui est fascinant c’est qu’on ne sait pas de quel côté se placer en tant que spectateur. Coupable ou pas ? Le temps nous le dira.

2 saisons de 10 épisodes / 1h par épisode

4 / Big Mouth : 

Big Mouth est un animé produit par Netflix dans la même veine que les Rick & Morty ou American Dad. La série traite comme principal sujet la crise de la puberté des jeunes et ils sont accompagnés dans celle-ci par des monstres qui leurs disent comment gérer leurs envies et émotions. C’est à mourir de rire !

Merci Lola de m’avoir conseillé cette série, je l’ai dévorée en un rien de temps en la regardant dans l’avion (vous auriez dû voir la tête de mes voisins lors de certaines scènes…)

2 saisons de 10 épisodes / 25min par épisode

5 / The Good Place : 

La dernière série de cette sélection est une comédie légère sur une fille pas très clean dans la vie qui se retrouve au paradis sans trop savoir pourquoi. Se rendant compte qu’il y a erreur sur la personne elle va essayer de devenir une fille modèle pour ne pas aller en enfer mais tout ne tourne pas rond.

La série est facile et légère à regarder, on l’a dévoré cette série avec Margot en quelques semaines.

3 saisons de 12 épisodes / 20-25min par épisode

A la découverte de la région de Setouchi au Japon

Avec Margot nous sommes tombés amoureux du Japon lors de nos 2 voyages à Tokyo, Kyoto et Nara en 2017 et nous avions envie de découvrir une région moins connue du pays pour nous imprégner un peu plus de ce qu’est réellement le Japon.

Fin Janvier nous sommes partis une semaine avec Margot et Lydie de Palmer.film à la découverte de la région de Setouchi dans le sud de l’ile encore méconnue des touristes Européens. Nous avons pris un vol direct pour Osaka via Air France pour l’aller et nous sommes revenus avec Finnair en faisant une escale à Helsinki.

En arrivant à Osaka nous sommes accueillis par Tadashi un guide de l’agence Kinki Nippon Tourist qui nous accompagnera tout au long de notre voyage. Il a été d’une aide précieuse en s’occupant de tout notre programme, réservations de restaurants et des lieux visités et des chauffeurs pour nous déplacer. L’itinéraire que nous allons emprunter durant cette semaine peut se faire en train (avec le Japan Rail Pass) mais le plus simple reste de louer une voiture pour être plus libres dans vos déplacements.

Jour 1 : Okayama – Kurashiki

En arrivant à Osaka nous prenons 2 trains de 45min en direction de la ville de Okayama ou nous dormons au Granvia Okayama Hotel, très pratique car collé à la gare. Après un ramen avalé en vitesse à la gare nous prenons la voiture pour partir à la découverte du quartier historique de Kurashiki à 45min de route.

Nous passons l’après-midi à flâner le long du canal et dans les petites rues typiques remplies de boutiques anciennes. Pas de doute nous sommes bien arrivés au Japon, on ne peut pas se tromper. Nous montons sur les hauteurs du quartier pour visiter le sanctuaire Achi-Jinja sur les hauteurs qui offre une belle vue sur la ville. Tadashi en profite pour nous apprendre le rituel à respecter avant d’entrer dans un temple : Se laver les mains et la bouche dans un ordre précis et saluer avant de passer la porte du Temple.

En fin de journée nous mangeons au Candle Taku dans le même quartier. Le restaurant n’a qu’une petite dizaine de tables et est entièrement éclairé à la bougie. On y mange un menu unique de 5 plats et 1 dessert avec viande et poisson. Nous avons très bien mangé et découvert des saveurs surprenantes. Comptez 80€/personne pour le diner. 

Jour 2 : Jardin de Korakuen – Ile privée de Kujira-Jima

Après une bonne nuit de sommeil nous prenons un gros petit déjeuner (ou l’on s’est régalés) au Granvia Hotel puis nous prenons la direction d’un des plus beaux parcs du pays : le jardin de Korakuen surplombé par le château d’Okayama, surnommé « le château corbeau » par les Japonais pour ses couleurs sombres. Nous passons plus de 2h à nous balader dans le parc et nous sommes scotché par sa beauté. On y croise même quelques cerisiers déjà en fleurs !

Entrée : 6€/personne

Nous avons déjeuné rapidement à un restaurant à la sortie du parc avant de prendre la route direction le port d’Uno (1h de route) pour rejoindre l’île de Kujira-Jima en bateau. L’ile est une île privée qui est ouverte au public depuis 1 an environ. Il n’y a qu’un seul groupe possible par réservation ce qui nous laisse complètement seuls sur une ile déserte au milieu de la baie de Setouchi. Pour accéder à l’île il faut prendre un speed boat (30min et compris dans la réservation) ou bien il est possible de réserver un bateau privé via Setouchi Yacht Charter LLC (1h de trajet dans un cadre plus luxueux).

Pour une nuit sur l’île il faut compter environ 160€/personne pour dormir dans une tente parfaitement aménagée de 2 personnes au bord de l’eau. Il est également possible de réserver le seul et unique cottage de l’île pour plus de confort.

Sur l’île il est possible de faire du canoé, du paddle, de la pêche, de s’organiser un BBQ (Vous pouvez ramener votre propre nourriture) et tout simplement vous balader sur l’île via les plages ou via la forêt.

C’est le plus bel endroit où nous avons séjourné pendant ce séjour, je n’oublierais jamais le réveil au lever du soleil avec vue sur l’horizon alors que j’étais encore dans mon lit. Et puis nous étions au calme loin de toute civilisation avec uniquement le bruit des vagues comme musique de fond. Inoubliable.

Jour 3 : Temple Kousanji – Observatoire Kiro San – Uchiko

Retour sur la terre ferme et nous reprenons la route en direction du temple Kousanji et la « Hill of Hope ». Le temple Kousanji a été construit en 1936 par Kozo Kosanji en mémoire à sa défunte mère. Collé au « classique » temple japonais on découvre la « Hill of Hope » datant de l’an 2000 et entièrement réalisée en marbre blanc importé d’Italie. En se baladant sur la colline on se croirait dans un décor de Stargate SG-1.

Comptez 11€/personne pour visiter le temple et la Hill.

Nous reprenons la route en direction de la ville de Uchiko où nous passerons la nuit dans un Ryokan, maison traditionnelle japonaise. Sur la route nous nous arrêtons à l’observatoire Kiro-San qui offre une vue imprenable sur la baie. Nous sommes arrivés au moment où le soleil tombait et nous avons eu une lumière incroyable (accès gratuit).

Pour louer la maison il vous suffit de chercher « Uchiko Ori » sur internet.

Le soir nous dinons chez Izakaya, un pub japonais à 3min du ryokan. Au menu, sashimis, poissons, aubergines grillées et bien sûr du saké. Dans ce pub on mange assis sur un tatami dans des box de 4/5 personnes max. Nous avons été super bien accueillis et nous nous sommes régalés.

Jour 4 : Hiroshima – ïle de Miyajima – Shimonoseki

Nous reprenons la route direction l’ïle de Miyajima. Pour y aller nous prenons un premier bateau pour Hiroshima (1h15) puis un second direction Miyajima (10min) dans un autre embarcadère. Nous n’avons pu faire qu’une courte halte au dôme d’Hiroshima seul vestige du bombardement de 45, mais j’aurais aimé pouvoir visiter le musée avoisinant. Même 74 ans après on ressent toujours une atmosphère très particulière dans ce lieu….


L’ïle de Miyajima est très connue pour son Temple Itsukushima et sa porte Tori sur l’eau, le lieu est d’ailleurs classé au patrimoine Mondial de l’Unesco. En arrivant sur place la marée était en train de descendre et l’eau n’était déjà plus sous le temple, mais cela nous a donné la possibilité de nous approcher de la porte Tori qui elle avait encore les pieds dans l’eau !

Nous avons passé la journée à nous balader sur l’île et nous sommes montés au Temple Daisho-In sur les hauteurs ou nous sommes accueillis par les 100 Buddhas, des petites statues recouvertes d’un bonnet pour l’hiver !

En fin d’après-midi nous avons assistés à une cérémonie du thé (nous en avions déjà fait une à Tokyo), mais cette fois nous avons pu préparer notre propre thé. L’activité était un peu trop touristique pour moi, même si elle reste intéressante.

Nous reprenons le ferry en fin d’après-midi direction la ville de Shimonoseki (2h de route), plus connu comme ville du Fugu, un poisson mortel s’il n’est pas bien préparé. Nous posons nos valises au Shimonoseki Grand Hotel au pied du port et à 2 pas du marché aux poissons.

Tadashi notre guide nous emmène manger chez Izakaya un restaurant spécialisé dans le Fugu (environ 70€/personne pour le menu complet). Nous passons à table et dégustons le Fugu en sashimis, en bouillon, frit, etc…. On se régale et après avoir posté une story, l’un de vous (merci Guillaume) me rappelle que le Fugu est un poisson mortel si mal préparé ! Nous connaissions ce poisson avec Margot mais nous n’avions pas du tout réalisé avant ce message… Notre guide explose de rire en voyant nos têtes lorsque nous réalisons ce que nous mangeons et nous en rigolons sur la route pour rentrer en à l’hôtel en espérant tout de même que nous nous réveillerons le lendemain matin.

Comme nous n’avions pas eu assez de Fugu nous sommes allés visiter le marché aux poissons de Karato le lendemain matin avant de quitter la ville. Il vaut le coup d’œil pour ses magnifiques stands de sushis et pour y voir des fugu vivants (le marché est à 3min à pieds de l’hôtel).

Jour 5 : Train marumaru no hanashi – Hagi

Direction la gare de Shimonoseki à 10min de l’hôtel pour un trajet de 2h30 vers la ville de Hagi à bord d’un train historique le long des côtes japonaises. Nous avons pu admirer la beauté de la côte, le train s’arrêtant même un instant pour que nous puissions prendre en photo un arc-en-ciel apparu au-dessus de l’eau.

En arrivant à Hagi nous sommes allés dans la vieille ville. Comme il pleuvait nous ne nous sommes pas trop éternisés mais tout le quartier était très mignon. Margot est tombé sur un magasin de céramique et n’as pas pu se retenir… Avant de check-in à l’hôtel nous sommes visiter le Tokoji Temple très connu pour ses lanternes en pierre au milieu de la forêt. On se serait cru dans un décor de film tellement le lieu était parfait avec la forêt qui entourait dans un cercle quasi-parfait le lieu pour laisser passer la lumière.

Nous dormons au Hagi Honjin hotel et nous sommes un peu déçus des chambres en arrivant. Notre fenêtre donnait sur un mur et les chambres ne ressemblaient pas aux photos du site. L’hôtel dispose d’une source d’eau chaude qui est connue dans la région mais je ne peux pas y aller à cause de mes tatouages alors nous décidons de tourner une vidéo dégustation de produits Japonais avec Lydie et Margot. Le soir nous mangeons au restaurant de l’hôtel « le bleu foncé » et nous nous régalons d’un festin à 11 plats. Un délice.

Jour 6 : Motonosumi Inari Shrine – Tsunoshima – Fukuoka

Reprise de la route pour notre dernier jour de roadtrip dans la région de Setouchi et nous commençons par une visite de Motonosumi Inari Shrine, un temple avec des portes Tori au beau milieu d’une falaise au bord de la mer. Nous avions déjà vu des portes Tori à Tokyo et surtout à Kyoto mais toujours dans la forêt et jamais comme cela en bord de mer. Le rouge des portes contrastait magnifiquement avec le bleu de l’océan c’était superbe. (Entrée gratuite).

Nous reprenons la voiture et faisons un arrêt au pont de Tsunoshima-Ohashi long de 2km au-dessus de la mer. Impossible pour moi de ne pas sortir le drone pour voir le pont d’un peu plus haut ! Nous faisons un stop au restaurant Ama no you dans la ville de Nagato pour manger un plat de noodles avec une superbe vue sur la baie. Encore une fois nous nous sommes régalés.

En fin de journée nous arrivons à Fukuoka et nous posons une dernière fois nos valises dans le quartier de Hakata à 10min de métro de l’aéroport d’où nous repartirons le lendemain. Nous profitons de notre dernière soirée pour faire un peu de shopping souvenir chez Daiso (Un immense « tout à 2€ » japonais) et nous mangeons un dernier Ramen au premier Ippudo ouvert dans le monde ! Rien de fou puisqu’il y a des Ippudo à Paris mais l’idée de manger dans le premier restaurant de la franchise nous plaisait.

C’était notre 3ème visite au Japon avec Margot après avoir fait Tokyo, Kyoto et Nara. En allant visiter la région de Setouchi nous souhaitions découvrir un Japon moins touristique et plus traditionnel et c’est exactement ce que nous y avons trouvé. Contrairement à Tokyo très peu des Japonais que nous avons rencontrés pendant ce séjour parlaient Anglais, mais ils étaient tout aussi accueillants et bienveillants lorsque nous les rencontrions.

Setouchi est clairement une région à ajouter à votre To-do list si vous venez visiter le Japon !

Les réglages de base de la photo

Vous me demandez souvent avec quoi et comment je réalise mes photos.

Je vous invite à aller lire l’article sur mon matériel photo que j’ai publié dernièrement et je vais essayer d’expliquer de façon simple les bases pour prendre une bonne photo dans cet article.

Avant de commencer je tiens à vous dire que j’ai appris la photographie tout seul en achetant des livres sur la photo (je vous en reparlerais), en regardant des vidéos sur internet, en shootant avec d’autres photographes mais surtout en faisant des tests avec les différents appareils photo que j’ai eu. Encore aujourd’hui je m’amuse régulièrement à tester des manières de shooter que je ne maîtrise pas pour continuer de m’améliorer.

Pour bien commencer il faut savoir ce que veulent dire ces 3 fonctions : ouverture, vitesse d’obturation et ISO.

L’ouverture : 

L’ouverture est la capacité de votre objectif à s’ouvrir ou se fermer pour laisser passer plus ou moins de lumière sur le capteur de votre appareil photo. Lorsque vous choisirait une ouverture à F/1.4 (beaucoup de lumière sur le capteur) vous obtiendrez beaucoup de flou en arrière plan et à l’inverse si vous ouvrez à F/16 vous laisserez moins de lumière entrer sur le capteur et votre image sera plus nette sur tous les plans de l’image. Si vous souhaitez prendre une photo entièrement nette (un paysage par exemple) vous pouvez régler l’ouverture sur F/8 ou plus en fonction de la lumière.

Cette fonction d’ouverture est dépendante de votre objectif uniquement, c’est pourquoi le choix de votre objectif est pratiquement aussi important que le choix de votre boîtier lors d’un achat.

Lors de l’achat d’un appareil photo et notamment lorsque vous prévoyez d’acheter un « pack » comprenant un boitier + objectif, pensez à bien vérifier les capacités de ce dernier avant votre achat pour être sûrs de pouvoir prendre les clichés que vous voudrez.

Sur le paysage ci-dessous j’ai shooté à F/9 pour avoir le plus de netteté à tous les plans de la photo alors que sur le portrait au bord de mer j’ai ouvert à F/1.8 pour avoir du flou en arrière plan, focalisant le regard sur le modèle.

La vitesse d’obturation : 

La vitesse d’obturation est une fonction qui est dépendante de votre boîtier. Il faut l’imaginer comme une boîte avec un miroir  que l’on ouvre pour laisser l’image s’imprimer dessus. Plus l’ouverture et la fermeture est rapide, plus votre photo sera figée et sans mouvement. A l’inverse plus vous laisserez la boîte ouverte longtemps plus vous aurez une image mouvante et potentiellement floue. Si votre sujet bouge avec une ouverture longue alors l’image qui s’imprimera sur le capteur prendra en compte son déplacement et sera floue.

Sur la photo ci-dessous la vitesse d’obturation était très rapide 1/1600 permettant de figer les gouttes d’eau et le mouvement du poisson qui s’échappe.

Sur la photo ci-dessus je voulais voir les roues des voitures en mouvement, j’ai donc réduit la vitesse à 1/125 et j’ai shooté en suivant le mouvement des voitures. C’est pour ça que les voitures sont nettes mais pas les roues et le reste de l’image.

Lorsque je shoote en voyage je fais toujours attention de ne pas passer en dessous des 1/60 car c’est la vitesse de déplacement d’un humain. En gardant cette règle en tête je m’assure d’avoir toujours des passants nets sur mes photos.

Les ISO : 

Les ISO sont la dernière fonction pour régler votre appareil avant de prendre une photo. Il faut imaginer les ISO comme une balance permettant de compenser vos réglages d’obturation et d’ouverture. Ils vont permettre à votre capteur de récupérer de la lumière pour éclaircir votre photo. Attention cependant car cela à un effet sur la photo que vous prendrez : plus les ISO seront hauts plus la qualité de votre photo sera dégradée par « du grain ».

Les ISO correspondent à une plage colorimétrique de votre photo, plus vous shooterez en ISO bas plus vous aurez de détails dans les couleurs sur vos photos et à l’inverse plus vous shooterez avec des ISO hauts moins vous aurez de détails dans les couleurs, ce qui créera du grain sur vos photos.

Sur cette photo on voit très bien le grain des ISO sur cette photo ou le réglage était à ISO5000 pour pouvoir garder une bonne vitesse et avoir les gens nets.

Chaque modèle d’appareil photo gère différemment les ISO, mon Sony A9 par exemple peut monter à 4000 ISO sans que j’ai trop de grain alors qu’un appareil moins professionnel pourrait laisser apparaître du grain des 800/1000 ISO.

Maintenant que vous savez à quoi servent ces 3 éléments vous pourrez ajuster vos réglages en fonction de l’environnement et du sujet que vous choisirez de prendre en photo.

Pour ma part je règle toujours l’ouverture en premier en fonction de ce que je souhaite shooter puis je règle la vitesse d’obturation et les ISO à la fin en essayant de ne jamais dépasser les 1200 ISO (avec mon Sony) pour ne pas avoir trop de grain.

Dans un prochain article je vous parlerais de comment utiliser les différents modes de prises de vues d’un appareil : priorité ouverture, priorité vitesse, mode manuel,…

S’il vous reste des questions sur ce sujet n’hésitez pas à laisser un commentaire ici.

Roadtrip au Québec

Après avoir découvert Montréal et un tout petit peu des Laurentides sous la neige et avec -40 l’hiver dernier nous sommes de retour au Québec avec Margot pour le début de l’automne.
D’après les canadiens c’est la plus belle période de l’année à découvrir avec ses arbres colorés.

Pour ce voyage nous avons été invités par le Club Med qui en dehors des vacances en club propose également des circuits en petits groupes autour du monde. Nous avons choisis avec Margot de suivre l’itinéraire « Est Canadien ».

JOUR 1 :
Nous sommes arrivés par un vol direct Air France à Montréal (7h de vol) et avons pris directement la route pour l’hôtel du Manoir St-Sauveur à environ 1h30 de Montréal dans les Laurentides.
C’est le premier hôtel proposé par le Club Med et nous y trouvons l’univers que nous y attendions : une grande chambre bien décorée, des espaces communs parfaits pour se reposer, faire du sport ou se baigner.

JOUR 2 :
Après une courte mais bonne nuit à cause du décalage horaire nous nous mettons en route pour le Parc National du Mont Tremblant (environ 1h de route) pour la randonné de la Corniche (1h30/45 A/R). En arrivant à l’observatoire du Belvédère nous restons bouche bée devant une telle immensité et après quelques photos nous restons là pendant de longue minutes à contempler le paysage.

Puis direction le Grand Lodge du Mont-Tremblant pour déjeuner et pour un survol de la région en hélicoptère.
Le Grand Lodge loue des chambres au bord d’un lac et propose plein d’activités payantes et gratuites (hélico 65€ // canot et pédalo gratuits,…).

Après une après-midi dans les airs et sur l’eau nous reprenons la route direction le village Windigo à 1h30h du Grand Lodge.
Nous arrivons à la tombée de la nuit et découvrons notre appartement avec vue sur le lac et surtout sur le magnifique couché de soleil depuis notre véranda.
A ce moment-là on s’imagine avec Margot venir passer une semaine ici avec nos amis avec comme programme : canoë, randonnées, barbecues, etc….
JOUR 3 :
Nous prenons la direction du Parc Régional de la Montagne du Diable à environ 10km du village où une guide nous attend pour nous faire découvrir la chute du diable (à 3min de marche du parking), un immense toboggan naturel où les Québécois aiment venir s’amuser l’été.
Nous en profitons pour voir le lac et faire voler le drone avec l’accord de la guide du parc.
Après un pique-nique rapide au centre d’accueil du Parc nous reprenons la route pour la Mauricie à 4h de route.
Sur la route Margot se mets à crier lorsque nous passons devant cette grange remplie de citrouilles, pause photo oblige avec le chien du propriétaire venu nous accueillir.

Nous passons dans des petits villages qui ressemblent comme 2 gouttes d’eau à Smallville et nous continuons d’être émerveillés avec Margot.
Nous arrivons en fin de journée à l’éco-village le Baluchon un immense domaine réparti sur 3 îles en pleine nature qui nous plonge dans un réel décor de film. L’idée d’y passer 2 nuits nous enchante.

JOUR 4 :

En route pour le Parc de la Mauricie à 1h de route du village. Nous nous sommes garés à l’intérieur du parc au point « Shenewegan » d’où nous sommes partis pour une randonnée de 2h à travers les bois, lacs, cascades et rivières. Nous n’avons pas croisé d’ours pendant la balade mais il est possible d’en croiser si vous êtes chanceux.

Après la balade nous avons eu un peu de temps pour avancer dans le parc jusqu’au Lac Boyer pour pique-niquer et reprendre la voiture pour aller à la Pourvoirie du Lac Blanc.

C’est un immense domaine au bord d’un lac qui propose des chalets ou de simples chambres, une plage privée avec des activités liées à la faune et la flore locale.

Nous y avons passé une bonne partie de l’après-midi avec Tony un naturaliste qui travaille ici depuis 15 ans. C’était une personne fascinante qui nous a emmené en Rabaska à la découverte des nids de castors et nous a expliqué comment et pourquoi ils construisaient des barrages. Puis il nous a fait découvrir la cabane à sucre ou il fabrique de façon traditionnelle le sirop d’érable (qui était à tomber par terre) tout en nous racontant comment il avait réussi à apprivoiser des castors pour qu’ils viennent lui chercher à manger dans les mains. Fascinant je vous dis !

Le soir nous mangeons de la truite pêchée sur la propriété au restaurant du domaine avant de rentrer à notre village.

JOUR 5 :

Dernière matinée au Baluchon avant de rejoindre Montréal pour les derniers jours de notre voyage. Nous profitons du SPA pour nous détendre un peu et nous faisons un massage « au fil de l’eau ». La cabine de massage se trouve à l’extérieur sur un ponton qui offre une vue sur une belle cascade qui nous procure un fond sonore plus que relaxant.

Après le massage nous prenons notre petit déjeuner à l’Eco Lodge du domaine avant de reprendre la route.

Après à peine 1h30 de trajet nous arrivons à Montréal pour notre dernière ville de ce roadtrip. On se dit avec Margot que les Montréalais sont vraiment chanceux de vivre aussi proche d’une telle nature !

Nous faisons notre check-in au Saint-Martin hôtel Particulier en plein centre-ville et à deux pas de la rue commerçante « Sainte-Catherine ».

Notre chambre en angle offre une superbe vue sur les grandes avenues de la ville.

Nous avons passé l’après-midi à nous balader dans la rue Sainte-Catherine pour faire un peu de shopping avant de retrouver nos amis Montréalais au restaurant LOV pour diner.

C’est un restaurant végétarien dans lequel on mange très bien et j’ai été conquis par leur burger BBQ avec leur steak à base de fruits de Jacquier. Une très bonne adresse à tester !

JOUR 6 :

Après une bonne nuit de sommeil nous décidons d’aller passer la matinée au SPA Bota Bota. Nous n’avions pas réussi à y aller lors de notre dernier passage à Montréal et nous voulions absolument tester ce SPA sur un vieux bateau dans le port.

Nous avons passé la matinée entre sauna, hamman, jacuzzis et bain froid pour terminer par se reposer dans les grands hublots du bateau.

L’appétit ouvert nous allons manger chez Mandy’s sur la rue Crescent (il y en a plusieurs en ville). C’est un bar à salade (de tailles très généreuses) ou l’on se régale avec les produits frais proposés. Ma salade était tellement bonne que j’étais déçu de ne pas l’avoir fini !

C’est ici la fin de notre séjour avec le Circuit Club Med. Je remercie le Club Med qui m’a fait découvrir cette offre que je ne connaissais pas du tout et que je trouve géniale. C’est un super mix entre roadtrip et voyage organisé très agréable à suivre avec des logements qui étaient tous plus beaux les uns que les autres.

Merci beaucoup à Quebec Original et aux offices du tourisme locaux pour leur gentillesse et leur accueil.

Pour en savoir plus sur les circuits proposés par le Club Med c’est par ICI.

Avec Margot nous avons réalisé une partie seulement du Circuit Est Canadien (à partir de 3790€/personne) qui vous emmènera jusqu’à Tadoussac au nord pour admirer les baleines !

Si vous souhaitez plus de renseignements sur les régions que nous avons visités je vous invite à jeter un coup d’œil sur les offices du tourisme des Laurentides, de la Mauricie et de Montréal.